Derniers commentaires

Bonjour à tous les téléspectateurs en ...

30/06/2018 @ 14:44:18
par anerson


On ma prescrit du fuoxetine CONTRE ...

13/05/2016 @ 12:43:31
par clelia


Calendrier

Novembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
 << < > >>
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Annonce

Qui est en ligne?

Membre: 0
Visiteurs: 2

rss Syndication

Liens

 
01 Sep 2013 - 06:12:35

suicide iatrogène (provoqué par le médecin) suite à torture chimique par prescription de roaccutane

alexandre 17 ans mort a cause d'un medicament contre l'acne
________________________________________________


Actualité Alpes Maritimes
Édition du samedi 17 novembre 2007
________________________________________

Le père d'Alexandre, Daniel Voidey, pompier à la caserne de Nice-St-Isidore, consacre
désormais son temps à enquêter sur la mort de son fils. : Photo Franck Fernandes

Nice : Alexandre, 17 ans, de Nice s'est-il suicidé à cause d'un médicament contre
l'acné ?
________________________
Adolescent sans problème, sportif, espiègle, studieux, Alexandre Voidey, domicilié dans
le quartier du Vallon Barla à Nice, élève de 1re S au lycée Les Eucalyptus, venait d'être
admis en Terminale S, et parlait avec passion de ses projets avec ses amis et ses
parents.
Tous ses camarades, sa copine, ses enseignants, son généraliste, le dermatologue qui
le suivait pour son acné, et tous les témoins entendus pendant l'enquête de police l'ont
confirmé : Alexandre n'avait pas de souci, il souriait à la vie.

Et pourtant. Ce 2 juillet dernier, vers 2 h, il a emporté un tabouret de bar de la maison, un
sac contenant deux cordes, puis est allé? se pendre. A la branche d'un arbre du parc de
l'abbaye de Roseland. A 800 m de chez lui.

Le père d'Alexandre, Daniel Voidey, pompier à la caserne de Nice-St-Isidore, de
permanence cette nuit-là, a bien failli se trouver en mission dans l'ambulance qui, au
petit matin, a ramené le corps de son fils. « L'horreur? ».

Un message posthume sur son portable

Les parents, anéantis par le chagrin, ont essayé de comprendre, avec un insurmontable
sentiment de culpabilité.

Et puis la police a découvert le message posthume, bouleversant, d'Alexandre à ses
parents, laissé à 2 h 50 sur son mobile : « Je ne sais pas ce que j'ai depuis 3 semaines,
mais là, j'en peux plus. J'ai toujours mal quelque part, les articulations, le dos, les ongles
incarnés, le pied, ma peau qui me gratte tout le temps, c'est des petites choses mais
accumulées? C'est dur. J'aime toujours Manon. Même si je ne vous l'ai jamais dit, je suis
heureux que vous soyez mes parents? »

M. et Mme Voidey ont alors fait le rapprochement avec le médicament contre l'acné que
prenait Alexandre depuis sept mois, et qu'il supportait mal : l'isotrétinoïne en capsules. Il
s'agit d'un antiacnéique très efficace contre les acnés sévères, mais aux effets
secondaires redoutables, et d'ailleurs parfaitement explicités dans la notice d'emploi du
médicament : « Des cas de dépression, dépression aggravée, d'anxiété, de tendance
agressive, de changement d'humeur, de symptômes psychotiques et de très rares cas
d'idées suicidaires, de tentatives de suicide et de suicides ont été rapportés chez des
patients traités par isotrétinoïne », stipule notamment le laboratoire Roche qui
commercialise l'isotrétinoïne sous le nom de Roaccutane® depuis
1982____________________

L'isotrétinoïne est commercialisée depuis 2000 en France sous trois formes
génériques : Contracnée® (Laboratoires Biorga) ; Curacnée® (Laboratoires Pierre
Fabre) ; et Procuta ® (Laboratoires Expanscience). Alexandre, lui, avait pris du Procuta ®
et du Curacné®.

De 1982 à mai 2000, les autorités sanitaires américaines (la Food and Drug
Administration) avaient enregistré 431 cas de dépression, idées suicidaires, tentatives
de suicide et suicides chez des patients américains traités par isotrétinoïne. Ces chiffres
avaient déclenché un scandale aux USA et dès, 1998, la FDA avait obligé les laboratoires
Roche à inclure un avertissement sur les effets secondaires psychiatriques dans la
notice de son médicament Roaccutane®.
__________________________

Daniel Voidey consacre désormais son temps à enquêter sur ce médicament qualifié
de « dangereux » par de nombreux experts. Il a rencontré en Suisse une association de
victimes de cette molécule.
__________________________

« Je suis persuadé du lien entre ce médicament et le suicide de mon fils? Alexandre m'a
laissé un message, je dois l'honorer ».

Roselyne Bachelot alertée
________________________

Dans un courrier daté du 6 novembre, le chef de cabinet de Roselyne Bachelot-Narquin,
ministre de la Santé, alertée par M. et Mme Voidey, informe ceux-ci que : « Vos
observations concernant les effets de l'isotrétinoïne sont effectivement très inquiétantes ».

« Madame le Ministre en a informé le directeur général de l'Agence française de sécurité
sanitaire des produits de santé, responsable de la pharmacovigilance? Il sera à même,
le cas échéant, de prendre les mesures qui s'avéreront nécessaires ».

Contact Daniel Voidey : tél. 06.86.24.96.22. email : [email protected]

Nice Matin

Lien permanent vers l'article complet

http://torturemedicale.sosblog.fr/Premier-blog-b1/suicide-iatrogene-provoque-par-le-medecin-suite-a-torture-chimique-par-prescription-de-roaccutane-b1-p115.htm

Commentaires

Cet article n'a pas de Commentaire pour le moment...


Laisser un commentaire

Statut des nouveaux commentaires: Publié





Votre URL sera affichée.


Veuillez entrer le code contenu dans les images


Texte du commentaire

Options
   (Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)